Pour en finir avec le gavage et le “foie gras”.

Gaver et assassiner des animaux coûte cher. Aux Animaux. Nous ne sommes pas là pour une question de choix ni de goût personnel, nous sommes là pour une question de JUSTICE.
Nous demandons à ce que la France ne soit pas exemptée des obligations morales et éthiques qui s’appliquent aux animaux, à savoir :

art. L.521-1 du code pénal : les sévices graves et actes de cruauté sur animaux domestiques, apprivoisés ou captifs sont interdits et passibles de 2 ans de prison et 30 000€ d’amende. – art. L.214 du code rural : les animaux d’élevage sont maintenus dans des conditions d’élevage compatibles avec les besoins de leur espèce. En effet :

– L‘introduction d’un tube métallique de 30 cm de long dans la gorge d’un canard ou d’une oie pour une alimentation forcée 2 fois par jour pendant 12 jours de quantités énormes de nourriture qui feront grossir leur foie de 10 fois la taille d’un foie sain N’EST PAS conforme aux exigences de leur espèce.

– L’insémination artificielle couramment pratiquée dans l’industrie du gavage non plus,
– L’élimination de 40 millions de femelles à la naissance, broyées vivantes non plus. Nous exigeons l’interdiction de la production de foie gras comme elle est déjà en vigueur dans presque tous les pays européens, et la reconversion des éleveurs, aisément envisageable grâce aux subventions astronomiques actuellement versées pour les mises aux normes, mesures sanitaires (grippe aviaire) et publicités intempestives qui fleurissent partout au moment des fêtes de fin d’année.

Des risques sanitaires inconsidérés.

Les conditions déplorables d’élevage des canards à foie gras (confinement en cage durant la période de gavage) sont INHÉRENTES à la production et présentes dans tout type d’installations. Les oiseaux ne cherchant qu’à fuir le gaveur à partir du moment où ils ont été gavé une fois, et l’opération consistant à faire grossir leur foie jusqu’à parfois, éclatement du jabot, ils subissent couramment vomissements et diarrhées ; et l’on comprend bien que la moindre maladie d’un seul canard contamine rapidement les autres.
Les risques sanitaires pour la population des oiseaux et des humains qui les consomment, sont donc une réalité omniprésente dans l’industrie du foie gras. A noter d’ailleurs que lors des épidémies inévitables de grippe aviaire, la cause ne vient jamais d’éventuels oiseaux migrateurs (d’ailleurs en voie de disparation car chassés à tour de bras en France) comme les éleveurs et politiques cherchent à nous le faire croire, mais bien des modes d’élevage concentrationnaires* actuels des volailles. *60% des élevages de canards à foie gras sont des élevages en cages.

Le foie gras : une identité culturelle dégradante. Nous voulons également crier notre non-appartenance à cette identité dégradante de notre belle région, que le supplice des canards et des oies par gavage n’aurait jamais dû entacher. L’expression de la gastronomie du Sud-Ouest, son terroir, ses vignobles, n’ont pas besoin du sang d’innocents suppliciés au nom de la tradition pour exister, ni culturellement, ni économiquement. Cette économie indigne est sous perfusion à coup de dizaines de millions d’euros de l’État et de la région*, et donc du contribuable ! *déjà 4,5 millions versés aux éleveurs de canards à foie gras versés cette année par la région Occitanie et une aide supplémentaire de 1 million demandée par Carole Delga, présidente de région, qui s’ajoutent aux aides de l’État et 130 millions d’€ donnés à l’industrie du gavage par S. Le Foll en janvier dernier !

Alors que notre seul pays produit 80% de la production mondiale de foie gras, la quasi-totalité des pays européens interdit cette pratique pour des raisons de sévices graves et actes de cruauté envers les animaux. Nous sommes au XXI ème siècle, éradiquons les pratiques qui font la HONTE d’une société dite civilisée comme l’ont été toutes les pratiques barbares et cruelles autrefois. Nous ne demandons pas le droit de vote pour Eux. Juste le droit de vivre. Libres. Article 212-1 code pénal :

« La déportation, la réduction en esclavage ou la pratique de la torture ou d’actes inhumains, inspirées par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux et organisées en exécution d’un plan concerté à l’encontre d’un groupe de population sont punies de la réclusion criminelle à perpétuité. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s