Libérons nos esclaves.

Pour un avenir en commun avec les animaux.

Dégager les lobbies.
Dans l’Europe des lobbies, la France n’est pas en reste puisque le syndicat majoritaire Fnsea dicte ses lois sur la politique agricole, laissant les citoyens en pâture à l’agro-buisness. Au pays de Bigard et Lactalis, respectivement leaders européen et mondial sur la viande bovine et le lait, au prix de scandales sanitaires et sociaux à répétition et de budgets opaques, le gouvernement Macron se fait le larbin discipliné des multinationales du crime.
C’est l’accablant constat que nous avons tous pu faire à l’occasion des États généraux de l’alimentation, les « avis défavorables » pleuvant sur les amendements pour la fin des sévices légaux pratiqués dans les élevages intensifs et les abattoirs, sacrifiant sans complexe et sans honte les animaux et notre dignité d’humains civilisés sur l’autel des « intérêts de la filière ».

A l’heure où le président Macron laisse encore le puissant lobby de la viande bovine Interbev entrer dans les écoles pour vendre ses produits au détriment de la santé de nos enfants, seule une lutte acharnée contre les lobbies ne permettra plus de pareilles dérives.

Pour une Europe de la paix.
Nous avons les moyens de transformer cette filière en un cercle vertueux pour les hommes et les bêtes. Les milliards d’euros d’argent public de la Pac en sont témoins.
Nous avons les moyens de faire de la ruralité un exemple d’harmonie avec le vivant et le support d’une agriculture nourricière bénéfique et durable.

Il est temps de remplacer le grand déménagement des animaux et de leurs aliments – transports interminables vers les abattoirs et centres d’engraissement à travers toute l’Europe et au-delà – par une agriculture bio de proximité en circuit court. Le saccage de la forêt amazonienne pour le soja destiné à notre bétail occidental est une folie à laquelle il faut mettre un terme urgemment tout comme le pillage des mers orchestré par la Politique Commune des Pêches au sein de l’Union.

Pour un avenir en commun.
Les animaux ne sont pas des choses. Il est temps de prendre en compte les intérêts de tous et de redonner la parole aux citoyens : soutenir l’Initiative citoyenne européenne pour la fin des élevages en cage (ICE end-of-cages) au parlement européen et la mener au bout.
Il est temps de réduire notre consommation effrénée de viande et de produits animaux au profit des protéines végétales, seules capables de nourrir sainement et durablement le plus grand nombre.
Je tiens à saluer l’initiative « Lundi Vert » initiée par 500 scientifiques et personnalités pour enrayer le massacre des animaux, la destruction de notre planète, de notre santé et celles des travailleurs en élevage et en abattoir, dans la continuité des initiatives similaires déjà existantes dans de nombreux pays. C’est un bon début.

Mais ne nous contentons pas de repeindre le monde en vert, redessinons-en les contours et les fondamentaux. Comme un point de départ. Ne laissons pas les lobbies gangréner nos vies, nos connaissances et nos espoirs d’un avenir en commun avec l’ensemble des êtres sensibles.
Ensemble construisons l’Europe de la paix pour réaffirmer notre humanité, celle au service des plus fragiles et des plus vulnérables, au-delà des frontières, au-delà des espèces.

10-truie-stalle-france-2013.jpg

Image : L214.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s